Franck Maître, l’immobilier est son fonds de commerce

le 12/02/2016
Catégorie : Droit immobilier

Franck Maître

«Avocat et agent immobilier». Voilà la carte de visite que pourrait se faire impri¬mer Franck Maître. Cet avocat d’affaires profite en effet de l’autorisation déonto¬logique, donnée fin 2011 par le Conseil national des barreaux à ses membres, de réaliser des «entremises », autrement dit des transactions, « j’y ai vu l’opportunité de développer mon activité», confie celui qui a créé son propre cabinet en 2009. Pas question pour autant de se mettre à vendre des appartements dans son quartier. Il s’agit plutôt d’accompagner ses clients dans l’achat et la vente de leur fonds de commerce. «On a la connaissance sur le long terme de l’activité de nos clients, on a leur confiance, il y a donc une certaine logique que l’on intervienne aussi dans la cession de leur outil de travail», plaide-t-il.

Il insiste par ailleurs sur le côté «dé¬sintéressé» de l’avocat dans la transac¬tion, arguant que «c’est d’abord l’intérêt du client qui compte». En résumé: «C’est une façon de s’intéresser à un métier com¬plémentaire du nôtre.» Franck Maître a pris ses premiers mandats en 2012, réa¬lisé cinq opérations dans les mois qui ont suivi, puis poursuivi à ce rythme les années suivantes. Il a depuis réussi à convaincre une douzaine de ses confrères lyonnais, spécialistes du droit des af¬faires, d’élargir leur activité à la transac¬tion et de monter un petit réseau. Et s’est vu confier dans la foulée la responsabi¬lité d’une commission « transaction im¬mobilière» au sein du barreau. «C’est une spécificités lyonnaise », relève celui qui assure désormais une formation déon¬tologique sur le sujet. Une première na¬tionale qui remporte déjà un fort succès. Mais l’avocat-agent immobilier reste mesuré: «C’est un nouvel exercice qui va prendre de l’importance dans l’avenir, mais qui restera toujours annexe de notre métier. On ne va pas devenir des cabinets de tran¬sactions. »

CATHERINE IAGRANGE